· 

Le cycle du contact gestaltiste

Le cycle du contact est un élément central de la théorie du Self, théorie qui définit la Gestalt.

Ce cycle décrit les étapes suivies par chaque personne pour vivre le contact : avec une autre personne, une émotion, etc.

Je reprends ci-contre le schéma de Noël Salathé.

Le cycle est composé de trois phases :

  • Emergence :

Ou encore « le pré-contact ».

La phase d’émergence commence dans un vide fertile. L’organisme est au repos. « C’est sur ce fond que progressivement émerge une figure menant à la manifestation du désir. »

« Dans l’éventualité de la co-présence simultanée de plusieurs désirs, il va falloir établir (…) un ordre de priorité, pour traiter d’abord celui qui émerge comme forme dominante sur le fond constitué de tous les désirs. »

  • Le contact :

Cette phase est composée de deux parties :

– La mise en contact : C’est la phase où le besoin est identifié. Un choix se fait, l’organisme se mobilise pour aller vers l’environnement.

– Le plein contact : C’est une « période d’accomplissement durant laquelle l’énergie se décharge »[3]. La frontière est abolie. C’est un moment nourrissant où organisme et environnement prennent et donnent en même temps.

  • Le retrait
    Ou Post-contact :

C’est la phase où on se dégage peu à peu du contact. Cela permet d’assimiler l’expérience, de l’intégrer.

« Je digère mon action et vais redevenir disponible pour une nouvelle forme. »

Le cycle du contact est éphémère, il a une durée limitée dans le temps et dans l’espace : cela est bien montré dans le schéma ci-dessus, avec le cercle composé d’une succession de cycles.

Lors de ces différentes phases, le « self », que l’on définit par la modalité d’être en contact à tout instant, y déploie ses différentes fonctions, ses différents « modes de relation au monde » [4]. Chaque fonction intervient sur l’ensemble du cycle mais de manière plus ou moins importante selon la phase en cours. Ces fonctions sont connues sous le nom de mode Ça, mode Moi, mode Moyen et fonction Personnalité.